MEDIA STATEMENT ON IMMIGRATION AND LABOUR RAIDS IN CAPE TOWN

SA-Department-of-Home-Affairs

ISSUED BY THE DEPARTMENT OF HOME AFFAIRS, Published: 10 May 2018 

In response to complaints lodged, the Departments of Home Affairs and Labour, in conjunction with the SA police, conducted raids on businesses employing illegal foreign nationals, in Cape Town on Wednesday, 09 May 2018.

The raids were conducted in China City in Milnerton and Canal Walk in Century City. In total, 25 illegal foreign nationals were arrested for contravening the Immigration Act. The number of those arrested is expected to increase as investigations are continuing. A manager at one of the restaurants that were visited will be charged for contravention of the Immigration Act, which prohibits employment of illegal foreign nationals in South Africa.

Random inspections at places of employment are conducted to ensure employers of foreign nationals comply with immigration laws. Employing foreigners who are not in possession of enabling documents is an offence. The department, working in partnership with other law enforcement agencies, will continue to enforce immigration legislation with no respite.

Those who persist in flouting immigration and labour laws of the country will face the full might of the law. This is in support of the national drive towards safer communities wherein citizens and documented foreign nationals are and feel safe.

For media enquiries contact Thabo Mokgola on 060 962 4982 or Mayihlome Tshwete on 072 869 2477

 

French Version

En réponse aux plaintes déposées, les ministères de l’Intérieur et du Travail, conjointement avec la police Sud Africaine, ont mené des bouclages sur les entreprises employant des ressortissants étrangers illégaux, à Cape Town, le mercredi 09 mai 2018.

Ces bouclages ont été menés à China City à Milnerton et à Canal Walk à Century City. Au total, 25 étrangers illégaux ont été arrêtés pour avoir enfreint la loi sur l’immigration. Le nombre de personnes arrêtées devrait augmenter à mesure que les enquêtes se poursuivent. Un responsable de l’un des restaurants visités sera accusé de violation de la loi sur l’immigration, qui interdit l’emploi de ressortissants étrangers illégaux en Afrique du Sud.

Des inspections aléatoires sur les lieux de travail sont menées pour s’assurer que les employeurs des ressortissants étrangers se conforment aux lois sur l’immigration. L’emploi d’étrangers qui ne sont pas en possession de documents non valables constitue une infraction. Le departement, en partenariat avec d’autres organismes d’application de la loi, continuera d’appliquer la législation en matière d’immigration sans répit.

Ceux qui persistent à bafouer les lois sur l’immigration et le travail du pays devront faire face à la pleine force de la loi. Ceci est en faveur de la campagne nationale vers des communautés plus sûres dans lesquelles les citoyens et les ressortissants étrangers documentés se sentent en sécurité.

RDC : Les 5 arguments de la GECAMINES pour dissoudre KCC, filiale de Glencore

La Gécamines a assigné le 20 avril 2018 Kamoto Copper Company SA (KCC) et son groupe d’actionnaires majoritaires contrôlé par Glencore, devant le Tribunal de Commerce de Kolwezi, aux fins de solliciter de ce dernier la dissolution de KCC pour cause de non-reconstitution de ses fonds propres dans le délai légal. KCC est une société commune détenue à hauteur de 25% par le Groupe Gécamines et 75% par le Groupe Glencore.

Après la publication le  22 avril 2018 par Katanga Mining, filiale de Glencore, de sa réaction au sujet de cette procédure judiciaire, la Gécamines a apporté son argumentaire qui s’étale sur cinq points :

  1. Gécamines s’est trouvée dans l’obligation d’engager cette procédure, dès lors que la situation justifiant une mise en dissolution judiciaire est caractérisée depuis maintenant plus de 10 ans, sans qu’aucune régularisation ne soit intervenue, malgré les nombreux rappels à l’ordre.
  2. Au contraire, il ressort que, durant cette période, par une série d’accords financiers et commerciaux intragroupe, le groupe d’actionnaires majoritaires a mis en œuvre une politique qui a abouti à ponctionner, à son seul profit, la trésorerie et la richesse de la société commune.
  3. En effet, en se basant uniquement sur les quatre derniers exercices, la dette financière est ainsi passée de 3.233.736.880 USD à 4.572.497.908 USD et la dette commerciale de 1.967.255.847 USD à 4.473.525.056 USD, en sorte que la société se trouve endettée, fin 2017, à l’égard du Groupe Glencore à hauteur de 9 milliards USD, le tout en supportant des taux d’intérêt annuels pouvant atteindre 14%, très loin des conditions auxquelles la maison-mère emprunte, pour ensuite prêter à la société commune. Ce sont ainsi plusieurs centaines de millions de dollars d’intérêts qui sont chaque année dus par KCC au groupe d’actionnaires majoritaires.
  4. La politique des contrats de service et de sous-traitance organisée en faveur des sociétés affiliées du Groupe Glencore a constitué une autre forme de pratique au détriment de Gécamines, qui a contribué à affecter les résultats de cette société commune, laquelle n’a jamais versé le moindre dividende.
  5. Ainsi, alors que depuis 10 ans, conformément à la loi, la société aurait pu être dissoute et les titres miniers récupérés par Gécamines sans contrepartie financière, il s’est perpétué une forme de gestion qui a porté gravement atteinte aux intérêts de Gécamines et plus généralement de la RDC, et à laquelle il est désormais indispensable de mettre fin.

Contexte

  • Katanga Mining Limited, qui exploite un complexe minier de cuivre et de cobalt à grande échelle en RDC, par l’intermédiaire notamment de Kamoto Copper Company (KCC), a perdu près de la moitié de sa valeur en un seul jour après l’annonce de la GECAMINES d’intenté une action en justice pour dissoudre KCC.
  • KCC, codétenue par la GECAMINES et GLENCORE (entreprise mère de Katanga Mining Limited), avait déclaré le mois dernier avoir été contrainte de reconnaître un déficit de financement dès 2014. Ce qui aurait fait tomber la valorisation de la société en dessous de la moitié de son capital autorisé. Le fait que le problème n’ait pas été résolu à l’échéance du 31 décembre 2017 avait ouvert la voie à des éventuelles poursuites judiciaires.
  • KCC produit du cuivre et du cobalt au concentrateur de Kamoto, exploite l’usine métallurgique de Luilu, la mine souterraine de Kamoto et deux gisements à ciel ouvert d’oxyde à Kolwezi. Le projet Kamoto a débuté sa production commerciale le 1er juin 2008.

POLITICAL PARTICIPATION OF REFUGEES: BRIDGING THE GAPS

What can be done to enhance the participation of refugees and asylum seekers in the political life of their host countries and their countries of origin? What legal and institutional mechanisms are needed to create enabling environments to foster their participation, and which factors might hinder this participation?2018-4-23-political-participation-of-refugees-bridging-the-gaps-event-IntIDEA

This report explores the possible answers to these questions, focusing on refugees from Afghanistan, the Democratic Republic of the Congo, Somalia, South Sudan and Syria, and their experiences in eight host countries: Germany, Kenya, Lebanon, South Africa, Sweden, Turkey, Uganda and the United Kingdom.

Drawing on a total of 638 in-depth interviews with refugees and key informants, the report provides unique insights into the challenges and opportunities related to refugees’ political participation.

Recognizing the dual role of refugees as political actors, the Refugees, Asylum Seekers and Democracy project aims to explore the challenges and opportunities related to the political participation of refugees in their host countries and countries of origin.

The Refugees, Asylum Seekers and Democracy project was made possible by funding from the Robert Bosch Stiftung.

Extra-ordinary Double Troika Summit of SADC

 

SADCThe Southern African Development Community (SADC), will convene a Double Troika Summit of the Heads of State and Government of the regional body on 24th April, 2018 in Luanda, Angola. The Summit will be attended by the Heads of States and Governments, or representatives from the Double Troika Member States which comprise of the Republic of South Africa as the Chair of SADC; the Republic of Namibia as the Deputy Chair of SADC; the Kingdom of Swaziland as the out-going Chair of SADC; the Republic of Angola as the Chair of Organ on Politics, Defence and Security Cooperation; the Republic of Zambia as the incoming Chair of Organ; and the United Republic of Tanzania as the outgoing Chair of Organ.
The Summit will receive Reports on the political and security situation in the SADC region to enable the regional leaders to appreciate the progress made in the implementation of SADC decisions in the Kingdom of Lesotho and the Democratic Republic of Congo (DRC).

Le Jardin Extraordinaire

Les paysages de toute beauté du parc marin des Mangroves à Moanda dans la province de Kongo Central.
Site exceptionnel pour le tourisme, le parc marin des Mangroves est une réserve naturelle de la République démocratique du Congo. Elle fut créée en 1921. D’une superficie de 768 km2, elle est située sur la rive nord de l’embouchure du fleuve Congo, à proximité des localités de Banana et Moanda.

Alexis Kunsadila